Artistes Acadiens

Artistes acadiens de la chanson

L’Acadie et la mobilité

Historiquement, l’Acadie est ancrée dans le mouvement. De la colonisation française au 17e siècle à la Déportation des Acadiens par les Britanniques entreprise à partir de 1755, les itinéraires maritimes et terrestres qui ont suivis menèrent les Acadiens vers diverses destinations (et souvent avec des escales multiples). À partir du 19e siècle, les Acadiens qui se sont implantés sur la côte atlantique du Canada s’inscrivent dans une économie de mobilité saisonnière et cyclique où ils constituent un bassin de main d’œuvre pour les industries de la construction et de l’extraction de ressources naturelles (les pêches, la foresterie et l’agriculture). Cette mobilité est à la fois intra et extra régionale.

Comme ailleurs, l’élite construit néanmoins l’Acadie comme une nation sédentaire, une population contenue dans certaines régions des Provinces atlantiques. Comme tout mouvement nationalitaire, elle utilise la littérature et les arts pour construire cette nation. Ces champs contribuent à fixer une population des plus mobiles. Surtout, ils doivent tenir compte du rôle de la mobilité dans les mythes fondateurs de la nation acadienne (la colonisation et la Déportation) et dans sa représentation d’elle-même comme liée aux mouvements à travers mer et terre.

Cette porte d’entrée examine spécifiquement le rôle de la musique et de la chanson dans la construction de la nation acadienne de nos jours. Les changements économiques actuels mettent l’accent de plus en plus sur le tourisme, qui a tôt fait d’influencer le calendrier du milieu des arts et de la culture ainsi que le rythme de la production artistique et culturelle en Acadie. Les produits culturels trouvent aussi leur propre circulation pour consommation sur des marchés plus ou moins éloignés.

Trois volets

Mobilités historiques et contemporaines : évolution des marchés

Au Canada, l’industrie musicale francophone opère surtout à partir du Québec où Montréal agit historiquement comme un plaque tournante. Les artistes viennent d’abord « en ville » pour s’y former et lancer leur carrière, surtout à Montréal, mais aujourd’hui aussi dans d’autres centres urbains où se concentrent des salles de spectacles, des maisons de disque, des agences d’artistes, des événements culturels et des médias. Parfois, il peuvent tout aussi bien choisir de lancer leurs amarres ailleurs, de faire des sessions d’enregistrement tant à New York, à Nashville ou à Paris qu’à Charlo, Memramcook ou à la Baie-Sainte-Marie.

Revitalisation des économies régionales par les arts et la culture

Où dans nos différents terrains, les artistes acadiens de la chanson apparaissent-ils? Dans quelles activités sont-ils et elles impliqué-e-s? Dans quelle mesure est-ce qu’ils et elles figurent dans des tentatives de développement régional par le biais de la promotion de la culture francophone?

Chansons et mobilité franco-canadienne

La mobilité étant habituellement nécessaire à la poursuite d’une carrière musicale, elle est souvent incorporée à la chanson en tant que thème, comme par exemple dans Un Canadien errant. La section « liste de lecture » du site offre une série de chansons qui se rapportent à divers aspects et à différents types de mobilités franco-canadiennes avec une emphase sur l’Acadie.